rémi pauvros

Lettre ouverte à Rémi Pauvros, député de la 3ème circonscription du Nord

A Ferrière La Grande, le 13 Mai 2013

Monsieur Rémi Pauvros, député de la 3ème circonscription du Nord

L’ordre du jour de la session parlementaire prévoit le 16 mai un vote sur le projet d’amnistie des syndicalistes. Le Sénat s’est prononcé en faveur de ce projet. Par l’intermédiaire d’Alain Vidalies, ancien avocat spécialisé dans le droit du travail, ministre des relations avec le parlement, le président Hollande a décidé tel un monarque républicain tout seul dans son bureau que la majorité parlementaire devait s’opposer à ce projet de loi.
Les électeurs de Gauche que nous sommes, auxquels vous devez d’être élu à l’Assemblée Nationale considèrent cette position incompréhensible. Avec cette loi d’amnistie, il ne s’agit pas de protéger les auteurs de malversations ou de violences, il s’agit de donner un signal politique fort à l’ensemble des salariés et des travailleurs, à leurs représentants syndicaux.
Est-ce que les salariés de MCA Savelys ou bien encore Neuhauser dernièrement en grève sont des casseurs d’outils de production ?
Concrètement, est-ce que Xavier Mathieu doit être traité tel un criminel pour ne pas s’être soumis à un test ADN ? Est-ce que Sébastien Migliore, délégué syndical d’Ales doit être condamné à 2 mois de prison avec sursis , 5 ans d’inéligibilité et 1 000 euros d’amende pour avoir  » blessé  » douze policiers en jetant un œuf?
Vous savez qu’avec des condamnations aux casiers judiciaires, il est difficile de retrouver un travail, vous leur montreriez qu’humanité et solidarité ne sont pas de vains mots. Cette mesure ne coûte rien sur le plan économique. Jusqu’à présent, depuis le début du mandat de François Hollande, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault n’a pas eu en matière sociale et économique le sursaut attendu par le peuple de gauche et par les Français qui vous ont élu.
Ces camarades ont défendu des positions pour le bien de tous, vous avez le devoir de leur rendre la pareille maintenant , même Jacques Chirac en son temps et les présidents antérieurs avaient appliqué l’amnistie sociale , quand allez vous rompre avec les orientations du MEDEF ?
Quand est-ce que vous allez vous occuper des nôtres ?
Souvenez vous de ceux qui vous ont élu, souvenez-vous de ce pour quoi vous avez été élu, quant à nous, nous saurons nous souvenir de vos choix au cours de votre mandat.

Veuillez, Monsieur le député , agréer l’expression de nos considérations républicaines.

Pour le comité du Parti de Gauche Valenciennois Avesnois

David Fournier

Conseiller Municipal de Ferrière la Grande

Share