L’enjeu du salaire, assemblée citoyenne

Assemblée citoyenne

Jeudi 04 avril 2013 – 20h30

Valenciennes – Espace municipal Pierre Richard*

Rencontre avec Bernard Friot, économiste, sociologue.

Avec la participation de: reseau-salariatAttac Valenciennes

L’enjeu du salaire
Nous ne parvenons plus à saisir le caractère révolutionnaire du salaire et des institutions qui lui sont liées, à savoir la qualification personnelle et la cotisation.

On dit par exemple que le salaire c’est le pouvoir d’achat « en contrepartie » de mon travail. On dit aussi que la Sécurité sociale est une « assurance sociale » alliant « solidarité » et « contributivité » en vue de la garantie d’un « salaire différé ». Ces lectures à contresens sont pour partie responsables des échecs répétés des mobilisations populaires contre les « réformes ».

Qu’est-ce qui ne va pas dans les représentations courantes du salaire ? En quoi et comment empêchent-elles de lire ses potentialités révolutionnaires ? Pourquoi les revendications actuelles insistent-elles sur la hausse du pouvoir d’achat et non plus sur la suppression du profit ?

Ce qui était dénonciation du capitalisme dans les décennies précédentes est devenu dénonciation de « l’injustice sociale » se contentant de la revendication d’une « juste rémunération ». Comment a-t-on pu évacuer du débat public la question de « qui produit ? » et de « qui décide de la production ? »

Pour briser le chantage à l’emploi et à la dette, il faut en finir avec les institutions qui enferment le salarié dans le statut de « mineur social ». En s’appuyant sur les institutions du salaire, déjà-là, on peut dores et déjà revendiquer un droit universel à qualification comme droit politique constitutionnel appelé à devenir partie intégrante de la citoyenneté.

Et affirmer, du fait que nous sommes les créateurs exclusifs de la valeur économique, que la démocratie économique est à l’ordre du jour.

…. « Et tandis que les travailleurs n’ont plus à payer, dans l’ordre politique, une liste civile de quelques millions aux souverains que vous avez détrônés, ils sont obligés de prélever sur leur travail une liste civile de plusieurs milliards pour rémunérer les oligarchies qui sont les souveraines du travail national.
[…] Dès lors, comment voulez-vous qu’à l’émancipation politique ne vienne pas s’ajouter, pour les travailleurs, l’émancipation sociale quand vous avez décrété et préparé vous-mêmes leur émancipation intellectuelle. »…

JEAN JAURES
L’émancipation sociale des travailleurs
Discours à la Chambre des députés : 21 novembre 1893

* Située face au Cinéma Gaumont, à droite de l’Avenue Georges Pompidou qui conduit vers l’autoroute et l’Université

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>