Archives mensuelles : novembre 2013

Vincent DI MARTINO reçoit le Prix de l’émulation

Le Prix de l’émulation faisait son grand retour le jeudi 28 novembre 2013, après 60 ans d’absence. On le doit à une association séculaire, la Société d’émulation de Roubaix.

Fondée en 1868, la Société d’émulation de Roubaix avait créé l’année suivante le Prix de l’émulation. À l’origine, il récompensait le meilleur dessin textile. La dernière fois qu’il a été remis, c’était en 1953.

La Société d’émulation existe toujours et ses responsables ont eu envie de remettre le prix à l’ordre du jour. En ne se limitant pas au textile, bien sûr, mais en l’ouvrant à toutes les disciplines possibles.

Émulation : sentiment qui pousse à faire aussi bien ou mieux qu’un ou plusieurs autres. « C’est la compétition sans la concurrence », expliquent les responsables de la SER.

Roubaix ne s’avouera jamais vaincue. La ville est peut-être la plus pauvre de France, le chômage y bat sans doute des records, l’insécurité y est probablement un fléau. Mais l’ancienne cité textile a de la ressource. Et pas seulement de jolis monuments. «  Roubaix, c’est vraiment une histoire d’hommes et de femmes  », commente Bernard Schaeffer, le président de la Société d’émulation de Roubaix.

Avec les autres membres de cette vénérable institution, il a voulu mettre à l’honneur ces Roubaisiens extraordinaires qui «  ne sont pas des exceptions  ». Dans les archives de la SER, il y avait le Prix de l’émulation. Il n’avait plus été distribué depuis 60 ans. Les sociétaires se sont mis en tête de le dépoussiérer.

Mais attention, pas à la va-vite, dans une petite salle municipale avec un micro qui grésille et deux enceintes. «  À Roubaix, on est condamné à être au top niveau, assure Bernard Schaeffer. Cette ville ne tolère pas la médiocrité. Et son sort actuel nous condamne à la perfection.  »

 La SER a aussi décidé de remettre deux prix au lieu d’un. Un pour saluer une œuvre de l’esprit, l’autre pour saluer une initiative individuelle

Au final, ils sont seize nominés, huit dans chaque catégorie, à avoir été retenus et jugés par le comité d’animation. Aucun candidat par défaut, tous mériteraient le prix. Mais comme la SER n’est pas l’école des fans, elle a tranché… en désignant deux vainqueurs ex-æquo pour chaque prix. «  Les discussions ont été intéressantes, confie Bernard Schaeffer. Et on est arrivé à un consensus.  »

La cérémonie de remise des prix a eu  lieu jeudi soir, dans le cadre prestigieux du musée La Piscine. Pour la catégorie « œuvre de l’esprit », les deux lauréats sont Ioan MIOT pour sa thèse sur la mobilité résidentielle qui lui a valu un prix national et l’auteur Vincent DI MARTINO pour son roman Le couloir de l’horloge publié en 2011 aux Editions du Le temps des Cerises.

Share

En route pour la marche de la révolution fiscale !

Le comité valenciennois-avesnois du Parti de gauche vous propose de vous rendre à la grande manifestation du 1er décembre en faveur d’une révolution fiscale à Paris. Pour cela, nous mettons à votre disposition un bus qui partira de :

  • Maubeuge hôtel de ville à 9h
  • Valenciennes Musée des beaux arts à 10h
  • Cambrai  Hotel de ville  à 10h30

20 euros : tarif ordinaire
5 euros : privés d’emploi et étudiants 

Contact auprès de la co-secrétaire du comité, Françoise Dupont : 07 81 89 55 13

Share